icon-white-1

“Le suicide n’est pas une solution, c’est un problème.”

— Michel CHINER, président de l’association

Symptômes

« Je serais mieux mort », « cela ne vaut plus la peine », « vous ne me verrez plus longtemps », « je veux mourir », « bientôt je vais avoir la paix », « je suis inutile », « je vais faire un long voyage », « vous seriez mieux sans moi », ce sont peut-être des paroles que vous avez prononcées ou celles qu’une personne de votre entourage a laissé entendre. Elles ne sont pas anodines. Lancées comme des SOS, elles sont la preuve que des idées suicidaires gangrènent une personne.

Ces idées surviennent souvent suite à un passé traumatique ou une situation de la vie quotidienne vécue comme une crise (séparation, conflit familial, deuil, crise identitaire, licenciement, fin d’études, retraite). Si la personne ne parvient pas à trouver une solution à sa souffrance, elle peut alors entrer dans ce que l’on appelle une crise suicidaire. À ce moment-là, l’idéation suicidaire devient de plus en plus importante : le suicide est envisagé comme l’unique solution au problème rencontré.

Pourtant, contrairement à ce que la personne laisse entendre, elle ne veut pas mourir, elle veut juste arrêter de souffrir physiquement ou psychiquement. Une seule chose à faire : entendre ce cri de détresse, le laisser s’exprimer et guérir par les mots.

  • expressions de désespoir et de vide
  • repli sur soi
  • manque d’estime de soi, dévalorisation
  • troubles du sommeil et de l’alimentation
  • tristesse, pleurs
  • désintérêt général
  • fatigue intense
  • don d’objet ayant une valeur sentimentale

Comment prévenir ? Comment venir en aide ?

 Nous vous conseillons de :

  • Dire à cette personne que vous êtes inquiet(e) pour elle/lui et que vous tenez à elle.
  • Prendre le temps de l’écouter.
  • L’inviter à parler ouvertement et calmement de son envie de mourir et de ce qui la motive.
  • D’accueillir ses mots/maux sans la juger ou la culpabiliser.
  • Renoncer à vouloir tout comprendre : il s’agit d’être présent(e) tout simplement.
  • L’encourager à ne pas rester seule et à prendre contact avec un aidant spécialisé (psychologue, psychothérapeute, psychiatre, médecin) ou notre association.
  • Prendre toute tentative au sérieux.

Vous pouvez également nous appeler pour nous faire part de votre inquiétude et nous vous aiderons à faire face à la situation.

Documentation

Autres problèmes

Harcèlement

exclusion, intimidation, stress, violence…

Dépression

tristesse, burn-out, troubles du sommeil…

Conduites à risques

addictions, automutilations, troubles alimentaires…

Rupture affective

deuil, peine de cœur, conflit, estime de soi…

Isolement

solitude, rejet, abandon…

© 2017 ilya1espoir.com

Pour les urgences        04 72 70 95 10

Send this to a friend